Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2005

Des cadres au chômage planchent sur des projets dormants

La Tribune rend compte d’un programme mis en place pour la deuxième année consécutive par la communauté de communes de Sophia Antipolis (Paca).

Baptisé «Sophia s’ouvre aux projets», il vise à créer une dynamique du retour à l’emploi chez des cadres supérieurs au chômage depuis plus ou moins longtemps. La démarche consiste à mobiliser ces cadres au chômage sur des projets restés en sommeil faute de ressources disponibles au sein des entreprises. Les entreprises participantes accueillent ces cadres pour une durée de six mois ; ils bénéficient d’un statut spécifique de stagiaire de la formation professionnelle et perçoivent leurs indemnités Assedic.

L’objectif est de reclasser ces chômeurs au terme d’un semestre de réinsertion, ou même avant. Ce projet est le fruit d’une collaboration entre l’ANPE d’Antibes, la commune de Valbonne, l’association Telecom Valley (qui regroupe 60 entreprises de la technopole) et la pépinière d’entreprises Cicom. L’année dernière, la première édition de ce programme a permis de rapprocher 35 cadres et 22 entreprises.

L’objectif de réinsertion en CDD ou en CDI avait été fixé à 60% ; finalement, le taux de réussite a frôlé les 80%. «La moitié des projets dormants se sont avérés pérennes. Pour le reste, certains stagiaires ont créé leur propre société, d’autres ont choisi la formule du portage salarial», explique le directeur général de la technopole Cicom, laquelle a connu une trentaine de plans sociaux et compte aujourd’hui 1.200 chômeurs, dont la moitié de cadres.

Le succès de cette expérience tient notamment au fort accompagnement prodigué aux stagiaires, qui suivent des ateliers collectifs durant lesquels ils sont initiés aux techniques de réinsertion, de maîtrise de la communication et du relationnel. «En un mois, ils sont transformés», constate même le directeur général de Cicom.
(La Tribune, p37, Muriel Jaouën, 14/03/2005)

13/03/2005

Taux de syndicalisation en France

Source Dares octobre 2004 N°44.2 Mythes et réalités de la syndicalisation en France

"Au contraire, ce sont les salariés qui déclarent peu de pénibilités au travail et des chances de promotion élevées qui sont le plus souvent syndiqués."

En 2003, 1 845 000 salariés étaient syndiqués, soit 8,2% des salariés (9% des hommes et 7,5% des femmes).
Les salariés du public sont trois fois plus syndiqués que dans le privé, 15% au lieu de 5%.
26% des professeurs, chercheurs et médecins hospitaliers et 25% des ingénieurs et cadres de la fonction publique sont syndiqués.

Ces nombres permettent de comprendre le comportement des syndicats qui représentent leurs adhérents.

12/03/2005

Le couperet Delalande et la France qui bosse

La France qui bosse demande l'abandon de l'amendement Delalande.

La France qui bosse et les Quinquas Exclus même combat ?

Manifestations pour le pouvoir d'achat : incohérences françaises

Les manifestations pour le pouvoir d'achat ont été un succès pour les syndicats. Elles ont mobilisé du public et du privé paraît-il.

Le succès est surtout pour les membres de la fonction publique car seul l'Etat français peut décider d'augmenter les salaires arbitrairement en les faisant financer par les impôts sur les autres français ou par l'endettement.

Ou alors l'Etat aura-t-il enfin le courage de négocier en contrepartie une meilleures productivité comparable aux autres pays européens ? Nous verrons.

Si ce courage manque encore une fois, espérons que les fonctionnaires qui seront augmentés accepteront d'acheter du "made in France" nécessairement plus cher pour permettre aux entreprises de payer les prélèvements supplémentaires occasionnés par leurs augmentations de salaires. J'ai bien peur qu'ils ne préfèrent acheter moins cher du "made in China" favorisant ainsi les délocalisations.

Merci messieurs les syndicalistes de la fonction publique, terroristes et preneurs d'ôtages, qui dénoncent les conséquences de leurs actions irresponsables en les faisant porter sur les autres et la mondialisation !

Comment faire confiance sans transparence ?

Un mot de nos ministres accompagnant le formulaire de déclaration fiscale :
"... Nous prenons devant vous l'engagement d'oeuvrer pour que chaque euro dépensé en votre nom soit un euro réellement utile, au service de notre pays et pour l'avenir de nos enfants..."
Signatures : Hevé Gaymard et Jean-François Copé. Tous les deux ont dépassé les bornes fixées a posteriori par le Premier Ministre pour les logements de fonction !
L'un a dû démissionner et l'autre est encore au Budget.

Ces comportements de ministres montrent bien que les efforts sont à faire par les autres ! Ne se sentent-ils pas concernés à titre personnel et professionnel ?
Il est certain qu'il y a eu un informateur dans cette affaire mais combien d'autres comportements du même genre ne sont pas connus, ni signalés.

Un mot de Michel Rocard, ex-Premier Ministre :
"Ce qui fait que ne viendront plus à la politique que les ratés de leur profession." Interview Figaro Magazine 6-7 mars 2004.

Déjà d'actualité ou est-ce seulement un problème d'éthique ?

20/02/2005

L'indécence des moeurs de la fonction publique française

"Hervé Gaymard a décidé de renoncer à occuper l'appartement de fonction qui était mis à sa disposition depuis le 1er février dernier par le ministère de l'économie", a annoncé le ministère. "Tout en rappelant que l'attribution de ce logement a été autorisée par le secrétariat général du gouvernement dans des conditions parfaitement conformes aux procédures en vigueur, il a pris cette décision dans le seul souci de mettre un terme au débat qui s'est développé ces dernières heures et de préserver sa famille", a ajouté le ministère.

"Je suis complètement dans la légalité et je n'ai rien à me reprocher", a rappelé Hervé Gaymard, interrogé sur TF1. ... Un exemple de la différence entre la loi et la morale !

Dimanche, lors du "Grand jury RTL-Le Monde-LCI", Hervé Gaymard avait déclaré qu'il fallait "se désintoxiquer de la dépense publique".

Lire l'article Le Monde

"Monsieur le Ministre, s'il s'agit de désintoxiquer la Fonction Publique de la dépense publique, cela veut dire qu'il faut la sevrer et vite. Commencez par votre ministère et faites le savoir !"

La fonction publique et nos dirigeants politiques n'intègrent pas dans leurs décisions les principes de "l'économie de gestion" que tout ménage doit respecter.

Tant que les audits de la Fonction Publique seront effectués par des fonctionnaires de la Cour des Comptes, pairs des responsables audités, rien ne changera ! Un auditeur doit être indépendant de la personne et du service audités et avoir les moyens de faire son travail.

Proposition : Une disposition à prendre comme dans la plupart des pays démocratiques avancés et démocratiques :
Le logement familial est à la charge du ministre qui, faut-il le rappeler, reçoit un salaire pour sa fonction.

Transparence et Simplicité !

Le Premier Ministre a décidé autrement. Sa décision implique un contrôle qui devra être effectué par des fonctionnaires qui coûtent. Décidément, même le Premier Ministre préfère les procédures au bon sens et à la tranparence. Pauvre France !

19/02/2005

Le travail des seniors se heurte au chômage et aux stéréotypes

Un employeur sur deux indique ne pas vouloir embaucher une personne de plus de 50 ans, même s'il éprouve des difficultés à recruter, remarque la Dares dans son étude.

"Leur productivité ne semble pas plus faible que celle de leurs cadets mais les entreprises sont toujours réticentes à embaucher des salariés âgés", relève la Dares. Qu'on se le dise !

Le Monde

La situation sociale s'est fortement dégradée en 2004 en Charente-Maritime

Alors que le chômage s'est stabilisé l'an passé en France (- 0,1 %), il a progressé de 3,4 % dans le département pour toucher désormais 11 % de la population active.
Sud-Ouest

17/02/2005

Seniors : le chômage fatal ?

Accablant. Le rapport de la Dares (1) publié ces jours-ci par le ministère du Travail établit non seulement que la France est l’absolu mauvais élève européen en matière d’emploi des seniors, mais, qu’en plus, notre pays, s’avoue incapable de corriger le tir.
Lire la suite

14/02/2005

Croissance et chômage

Alors que la croissance française a été la plus forte depuis trois ans +2,4%, le chômage officiel reste à 9,9% et le commerce extérieur français est déficitaire de 8 milliards d'euros.

Combien faut-il de croissance pour réduirer le chômage en France ?

Comment fait l'Allemagne, l'autre mauvais élève de l'Europe, pour avoir un commerce extérieur excédentaire de 155 milliards d'euros contre un déficit de 8 milliards pour la France !

Les syndicats et les seniors ?

"La CGT a fait remarquer que "la contradiction se trouve dans le camp du MEDEF qui met à la porte les salariés âgés". Et la CFTC, elle, a rappelé que tant que le chômage perdurera, il fallait privilégier l'emploi des jeunes sur celui des seniors. La CFDT a pour sa part défendu l'idée d'un droit pour les quinquas à une "deuxième carrière".
Extrait de La Tribune du 14 février 2005

La CGCT se défausse sur le MEDEF, la CFTC oppose les juniors aux seniors et la CFDT invente un droit pour les quinquas.

Messieurs les syndicalistes, vous aurez un jour à rendre compte de votre responsabilité sociétale !





12/02/2005

Evolution du salaire moyen

D'après Le Point n°1691 du 10 février, de 2002 à 2004, le salaire moyen du secteur public a augmenté de 10% et celui du privé 6,4% (sources INSEE, OCDE, OFCE).

N'est-il pas curieux de voir les salaires du public, protégé de la précarité et du chômage, augmenter plus vite que ceux du privé qui paient les salaires du public ?

Quand les syndicalistes vont-ils manifester leur volonté de voir leur salaire moyen évoluer comme celui du privé, producteur de richesses ? Ne serait-il pas équitable que les salaires du public évolue en fonction de ceux qui sont exposés à la mondialisation et aux aléas conjoncturels ?

Il ne s'agit pas ici de séparer les français, secteur protégé contre secteur exposé, mais de donner des informations publiques tronquées par les discours réducteurs de ceux qui apparaissent souvent dans les médias comme des syndicats "représentatifs". Représentatifs de quoi ? Et financés comment et par qui ?

Nous comprenons pourquoi les syndicats (qui trouvent principalement leurs adhérents chez les fonctionnaires ?) parlent de la progression d'indice et non de salaires réellement touchés, qui incluent les primes, l'ancienneté, les promotions automatiques et autres étrangetés propres à la fontion publique toujours aussi opaque.

Langue de bois, langue de bois ... Mais, comme disait Blondel, ex-dirigeant de FO, "je défends les intérêts de mes adhérents" (NDLR : et les autres peuvent peuvent aller se ...).

Les seniors à la télé, pour combien de temps ?

Le 11 février, votre serviteur est passé dans le journal télévisé de 20h de TF1 et le président de la FIDES sur France 3 dans le journal de la nuit.
Jusqu'à présent, seules les radios traitaient de l'exclusion des quinquas. Maintenant que les télés s'en mêlent, la prise de conscience va s'amplifier et, j'espère, atteindre son point culminant avec la journée nationale des Quinquas !

08/02/2005

Les 45-55 ans en quête de sens

Un article intéressant montrant la précarité psychologique des 45-50 ans.
les_45-55_ans.doc

31/01/2005

Fonction publique

L'actuel statut de la fonction publique a été créé à la Libération, période historique particulière à l'initiatice du communiste Maurice Thorez et n'a jamais été remis en cause, ni adapté aux nouvelles conditions économiques.

En Suède, les effectifs de la fonction publique ont été ramenés de 400 000 fonctionnaires à 200 000 en dix ans. La Suède n'a-t-elle aucun sens du service public ? Précision : son budget est en excédent au lieu d'un déficit supérieur à 3% du PIB pour la France.