Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/03/2005

Comment faire confiance sans transparence ?

Un mot de nos ministres accompagnant le formulaire de déclaration fiscale :
"... Nous prenons devant vous l'engagement d'oeuvrer pour que chaque euro dépensé en votre nom soit un euro réellement utile, au service de notre pays et pour l'avenir de nos enfants..."
Signatures : Hevé Gaymard et Jean-François Copé. Tous les deux ont dépassé les bornes fixées a posteriori par le Premier Ministre pour les logements de fonction !
L'un a dû démissionner et l'autre est encore au Budget.

Ces comportements de ministres montrent bien que les efforts sont à faire par les autres ! Ne se sentent-ils pas concernés à titre personnel et professionnel ?
Il est certain qu'il y a eu un informateur dans cette affaire mais combien d'autres comportements du même genre ne sont pas connus, ni signalés.

Un mot de Michel Rocard, ex-Premier Ministre :
"Ce qui fait que ne viendront plus à la politique que les ratés de leur profession." Interview Figaro Magazine 6-7 mars 2004.

Déjà d'actualité ou est-ce seulement un problème d'éthique ?

20/02/2005

L'indécence des moeurs de la fonction publique française

"Hervé Gaymard a décidé de renoncer à occuper l'appartement de fonction qui était mis à sa disposition depuis le 1er février dernier par le ministère de l'économie", a annoncé le ministère. "Tout en rappelant que l'attribution de ce logement a été autorisée par le secrétariat général du gouvernement dans des conditions parfaitement conformes aux procédures en vigueur, il a pris cette décision dans le seul souci de mettre un terme au débat qui s'est développé ces dernières heures et de préserver sa famille", a ajouté le ministère.

"Je suis complètement dans la légalité et je n'ai rien à me reprocher", a rappelé Hervé Gaymard, interrogé sur TF1. ... Un exemple de la différence entre la loi et la morale !

Dimanche, lors du "Grand jury RTL-Le Monde-LCI", Hervé Gaymard avait déclaré qu'il fallait "se désintoxiquer de la dépense publique".

Lire l'article Le Monde

"Monsieur le Ministre, s'il s'agit de désintoxiquer la Fonction Publique de la dépense publique, cela veut dire qu'il faut la sevrer et vite. Commencez par votre ministère et faites le savoir !"

La fonction publique et nos dirigeants politiques n'intègrent pas dans leurs décisions les principes de "l'économie de gestion" que tout ménage doit respecter.

Tant que les audits de la Fonction Publique seront effectués par des fonctionnaires de la Cour des Comptes, pairs des responsables audités, rien ne changera ! Un auditeur doit être indépendant de la personne et du service audités et avoir les moyens de faire son travail.

Proposition : Une disposition à prendre comme dans la plupart des pays démocratiques avancés et démocratiques :
Le logement familial est à la charge du ministre qui, faut-il le rappeler, reçoit un salaire pour sa fonction.

Transparence et Simplicité !

Le Premier Ministre a décidé autrement. Sa décision implique un contrôle qui devra être effectué par des fonctionnaires qui coûtent. Décidément, même le Premier Ministre préfère les procédures au bon sens et à la tranparence. Pauvre France !

19/02/2005

Le travail des seniors se heurte au chômage et aux stéréotypes

Un employeur sur deux indique ne pas vouloir embaucher une personne de plus de 50 ans, même s'il éprouve des difficultés à recruter, remarque la Dares dans son étude.

"Leur productivité ne semble pas plus faible que celle de leurs cadets mais les entreprises sont toujours réticentes à embaucher des salariés âgés", relève la Dares. Qu'on se le dise !

Le Monde

La situation sociale s'est fortement dégradée en 2004 en Charente-Maritime

Alors que le chômage s'est stabilisé l'an passé en France (- 0,1 %), il a progressé de 3,4 % dans le département pour toucher désormais 11 % de la population active.
Sud-Ouest

17/02/2005

Seniors : le chômage fatal ?

Accablant. Le rapport de la Dares (1) publié ces jours-ci par le ministère du Travail établit non seulement que la France est l’absolu mauvais élève européen en matière d’emploi des seniors, mais, qu’en plus, notre pays, s’avoue incapable de corriger le tir.
Lire la suite

14/02/2005

Croissance et chômage

Alors que la croissance française a été la plus forte depuis trois ans +2,4%, le chômage officiel reste à 9,9% et le commerce extérieur français est déficitaire de 8 milliards d'euros.

Combien faut-il de croissance pour réduirer le chômage en France ?

Comment fait l'Allemagne, l'autre mauvais élève de l'Europe, pour avoir un commerce extérieur excédentaire de 155 milliards d'euros contre un déficit de 8 milliards pour la France !

Les syndicats et les seniors ?

"La CGT a fait remarquer que "la contradiction se trouve dans le camp du MEDEF qui met à la porte les salariés âgés". Et la CFTC, elle, a rappelé que tant que le chômage perdurera, il fallait privilégier l'emploi des jeunes sur celui des seniors. La CFDT a pour sa part défendu l'idée d'un droit pour les quinquas à une "deuxième carrière".
Extrait de La Tribune du 14 février 2005

La CGCT se défausse sur le MEDEF, la CFTC oppose les juniors aux seniors et la CFDT invente un droit pour les quinquas.

Messieurs les syndicalistes, vous aurez un jour à rendre compte de votre responsabilité sociétale !





12/02/2005

Evolution du salaire moyen

D'après Le Point n°1691 du 10 février, de 2002 à 2004, le salaire moyen du secteur public a augmenté de 10% et celui du privé 6,4% (sources INSEE, OCDE, OFCE).

N'est-il pas curieux de voir les salaires du public, protégé de la précarité et du chômage, augmenter plus vite que ceux du privé qui paient les salaires du public ?

Quand les syndicalistes vont-ils manifester leur volonté de voir leur salaire moyen évoluer comme celui du privé, producteur de richesses ? Ne serait-il pas équitable que les salaires du public évolue en fonction de ceux qui sont exposés à la mondialisation et aux aléas conjoncturels ?

Il ne s'agit pas ici de séparer les français, secteur protégé contre secteur exposé, mais de donner des informations publiques tronquées par les discours réducteurs de ceux qui apparaissent souvent dans les médias comme des syndicats "représentatifs". Représentatifs de quoi ? Et financés comment et par qui ?

Nous comprenons pourquoi les syndicats (qui trouvent principalement leurs adhérents chez les fonctionnaires ?) parlent de la progression d'indice et non de salaires réellement touchés, qui incluent les primes, l'ancienneté, les promotions automatiques et autres étrangetés propres à la fontion publique toujours aussi opaque.

Langue de bois, langue de bois ... Mais, comme disait Blondel, ex-dirigeant de FO, "je défends les intérêts de mes adhérents" (NDLR : et les autres peuvent peuvent aller se ...).

Les seniors à la télé, pour combien de temps ?

Le 11 février, votre serviteur est passé dans le journal télévisé de 20h de TF1 et le président de la FIDES sur France 3 dans le journal de la nuit.
Jusqu'à présent, seules les radios traitaient de l'exclusion des quinquas. Maintenant que les télés s'en mêlent, la prise de conscience va s'amplifier et, j'espère, atteindre son point culminant avec la journée nationale des Quinquas !

08/02/2005

Les 45-55 ans en quête de sens

Un article intéressant montrant la précarité psychologique des 45-50 ans.
les_45-55_ans.doc

31/01/2005

Fonction publique

L'actuel statut de la fonction publique a été créé à la Libération, période historique particulière à l'initiatice du communiste Maurice Thorez et n'a jamais été remis en cause, ni adapté aux nouvelles conditions économiques.

En Suède, les effectifs de la fonction publique ont été ramenés de 400 000 fonctionnaires à 200 000 en dix ans. La Suède n'a-t-elle aucun sens du service public ? Précision : son budget est en excédent au lieu d'un déficit supérieur à 3% du PIB pour la France.

29/01/2005

Privé-Public

Quelques chiffres bruts extraits de deux publications de l'INSEE "Les salaires dans les entreprises en 2002" et "Les salaires des agents de l'Etat en 2002".

Pour la catégorie "Ouvriers et employés", la plus nombreuse, les salaires moyens du public étaients de 18 067 € en 2002 soit 16.5% plus élevés que dans le privé (15 500 €).

Pour l'évolution des salaires sur cinq ans de 1998 à 2002, elle a été de 10,4% dans le public pour 3,8% dans le privé. Au vu de ces chifres on comprend l'attirance du public sur les jeunes.

Mais qui crée la richesse du pays, le privé ou le public ? Une révolution culturelle reste à faire, non ?

10% de chômeurs en moins fin 2005 ?

L'annonce du Premier Ministre fait craindre encore une fois qu'on touche au "thermomètre" plutôt qu'à la cause de la fièvre. Une réduction de 10% représente la création d'au moins 280 000 emplois nets. Or ce nombre de créations d'emplois suppose une croissance d'environ 3% alors que les économistes s'accordent sur une croissance de 2% pour 2005.
Aussi, il est fort probable qu'encore une fois le taux d'amélioration soit "payé" par des "formations" ou autres artifices pour faire sortir les chômeurs de la catégorie 1, seule prise en compte pour le calcul du chômage.

Impact du chômage des parents sur les enfants

Extrait d'une étude de l'INSEE :
"L'amélioration de la situation sur le marché du travail apparaît donc importante non seulement pour ses conséquences immédiates, pour les parents comme pour les enfants, mais aussi pour ses conséquences à plus long terme sur le capital humain et le bien-être des enfants."

16/01/2005

Des chiffres clés

En 2002, les salariés du privé ont gagné en moyenne 58,50 euros net par jour, ceux du public 66,60 euros.

Début 2004 : 2 200 000 salariés étaient smicards soit 14% de la population active et 1 200 000 français touchaient le RMI.

24 485 000 personnes travaillent chaque jour en France.
2 400 000 personnes sont au chômage soit 9,9% de la population active.

Chaque jour, 980 licenciements économiques et 1700 nouveaux retraités.

Espérance de vie : 83 ans pour les femmes et 76 ans pour les hommes.

Le troisième poste budgétaire de l'Etat français est la charge de la dette après le ministère de l'Education, Jeunesse et Recherche et celui de la Défense.

Chiffres extraits du Point n°1687 du 13 janvier 2005.